Sous ma robe de pourpre immonde

Seigneur du château blême !

Classé dans : Non classé — 13 septembre, 2009 @ 11:57

Je suis le seigneur, une ombre, un soupir, je règne sur mon royaume.

The Lodger (1927)- Hitchcock

Classé dans : Non classé — 26 octobre, 2009 @ 8:09

Image de prévisualisation YouTube

Hommage Ivor Novello – Music George Michael

Classé dans : Zik — 26 octobre, 2009 @ 8:03

Image de prévisualisation YouTube

Abécédaire impertinent du dandysme

Classé dans : Livres — 26 octobre, 2009 @ 7:30

 Abécédaire impertinent du dandysme  dans Livres 51gFZyHNvLL._SL500_AA240_

Présentation de l’éditeur
« A » comme Angleterre, le berceau du dandysme. « B » comme Brummell qui n’est autre que le chef de file des dandys, « M » comme Misogynie, « N » comme Narcissisme, « S » comme Snobisme, etc. Voici l’abécédaire impertinent du dandysme ! Croqués par la sociologue Valérie d’Alkemade, les dandys se voient détaillés sous toutes les coutures. Pour faire le tour de l’alphabet, 26 chapitres bien balancés offrent le portait de ce groupe tout à fait marginal et extravagant. Valérie d’Alkemade pointe de sa plume trempée dans le champagne ce qui différencie ces drôles de personnages historiques de ceux qui, aujourd’hui, tentent avec plus ou moins de panache, de leur ressembler.

Oser !

Classé dans : Non classé — 25 octobre, 2009 @ 10:41

 Ce qui fait le dandy, c’est son indépendance. Autrement, il y aurait une législation du dandysme et il n’y en a pas… Tout dandy est un oseur, mais un oseur qui a du tact, qui s’arrête à temps et qui trouve, entre l’originalité et l’excentricité, un équilibre juste.

Oser ! cooper-gary-photo-xl-gary-cooper-623-medium;init:

McDermott & McGough

Classé dans : Artistes divers — 4 octobre, 2009 @ 11:15

McDermott & McGough dans Artistes divers

David McDermott et Peter McGough, tous deux américains, se sont rencontrés au début des années 1980 dans le milieu de la scène artistique new-yorkaise. Leur démarche photographique s’appuie sur l’appropriation d’images et d’objets de la fin du XIXe siècle, ils s’affichent également comme de véritables gentlemen, prenant la pose de dandies érudits et impertinents.
Ils considèrent que toutes les époques coexistent et qu’il suffit de choisir celle qui leur convient, en l’occurrence, des années d’effervescence générale. Entre Dublin et New York, ils vivent et travaillent dans un environnement entièrement reconstitué selon la mode de l’époque, des vêtements aux ustensiles, et photographient cette vie parallèle selon des procédés techniques de la fin du XVIIIe siècle. En toute logique, ils datent leurs clichés à l’esthétique entre 1850 et 1921

Masques

Classé dans : Non classé — 26 septembre, 2009 @ 6:09

Masques tumblr_kqkpq6lm3f1qzyuvuo1_400

L’élégance au masculin.

Classé dans : Non classé — 26 septembre, 2009 @ 6:00

L'élégance au masculin. english_dandy13

Photos extraites du livre d’ Alice Cicolini, The New English Dandy.

 

Divine Comedy. National express.

Classé dans : Zik — 26 septembre, 2009 @ 2:57

Image de prévisualisation YouTube

Jean Cocteau

Classé dans : Ecrivains — 17 septembre, 2009 @ 6:17

Jean Cocteau dans Ecrivains 6fdfd9f39ec90bf3_landing

Věra Chytilová

Classé dans : Artistes divers — 17 septembre, 2009 @ 6:14

Věra Chytilová est une réalisatrice et scénariste tchèque, née le 2 février 1929 à Ostrava enTchécoslovaquie (République tchèque).Représentante très importante de la Nouvelle Vague tchécoslovaque, aux côtés de Miloš Forman et Jiří Menzel, Vera Chytilova s’attarde, dès ses premiers films, sur les problèmes de l’émancipation des femmes. Après avoir mis en scène plusieurs ouvrières d’une usine de textile dans le court métrage Un sac de puces (1962), la cinéaste tourne son premier long métrage, Quelque chose d’autre (1963), parallèle entre la vie d’une athlète et celle d’une ménagère. Réalisatrice d’un sketch du film-manifeste de la Nouvelle Vague tchécoslovaque Les Petites perles au fond de l’eau (1965), elle signe ensuite Les Petites marguerites (1966), portrait de deux jeunes filles irresponsables et sauvages. Récompensé dans plusieurs festivals étrangers, le film est en revanche très critiqué par le gouvernement de l’époque, qui décide de lui retirer toute aide financière. Grâce à une société de production belge, Vera Chytilova réussit toutefois à réaliser Le Fruit du paradis (1969), mais elle se voit aussitôt mise à l’écart par le pouvoir. Eloignée des plateaux de cinéma durant sept ans, Vera Chytilova revient en 1976 avec Le Jeu de la pomme, une comédie mettant aux prises une infirmière et un médecin. Toujours soumise à la censure, elle tourne ensuite deux satires, Panelstory et La Calamité (1980), puis Prélude à l’après-midi tardif d’un fauve (1983). Alternant fictions et documentaires, la réalisatrice signe, en 1998, Pasti, pasti, pasticky, comédie acerbe sur une vétérinaire à la recherche des hommes qui l’ont violée.

Věra Chytilová dans Artistes divers Vera%20chytilova

 

12
 

ledouble2 |
LE CLUB DES PARESSEUSES |
Envie(s) de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | NOUVELLE AFRIQUE
| Peut être se découvrir
| Collectif Savignien pour le...